Articles

Affichage des articles du 2010

La machine à souvenirs

Image
Istikâl Caddesi, la principale rue commerçante d'Istanbul. Nous sommes samedi soir, elle est noire de monde. Main dans la main, comme tous les couples de notre génération, nous nous promenons dans cet espace public rendu aux piétons. Nous venons de quitter une ruelle adjacente où les shots de vodka coulent à flot, où les gens s'embrassent à pleine bouche et crient leur joie de se retrouver ensemble.

Je tombe en arrêt devant une étrange machine, sorte de colonne Morris électronique. Des jeunes gens tapotent leur adresse e-mail, tant bien que mal, sur un écran tactile. Une lettre après l'autre. Le logiciel ne fonctionne pas toujours très bien, il faut appuyer plusieurs fois sur la lettre pour qu'elle apparaisse, mais parfois elle survient en double, en triple, et il faut tout effacer pour à nouveau recommencer. Personne ne se rend compte qu'en bas de l'écran, des raccourcis ont été installés pour les adresses les plus courantes "@hotmail.com", "@gma…

La carte grise

Image
Antony, sous-préfecture des Hauts-de-Seine. Après une épopée familiale et deux allers-retours en Charente Maritime, j'ai enfin une voiture — ma première voiture. Non que j'en aie franchement besoin, mais j'ai obtenu mon permis de conduire le 28 juin dernier et si je veux maintenant vraiment apprendre à conduire, je dois m'exercer au pays des fous, l'Ile-de-France.

Première étape, refaire immatriculer l'Opel Corsa rouge. Je ne prends pas la voiture pour y aller, je ne me sens pas suffisamment solide pour conduire seule sur un itinéraire inconnu: je me suis fait une belle frayeur sur l'A4 en direction de Meaux hier... et puis... ce n'est pas la journée du transport public aujourd'hui ??.. Ah non, c'est le 15, raté. Bon, je prends quand même le RER.

Arrivée à la sous-préfecture, j'aperçois un petit camion bleu sur le parking. Un fabricant et poseur de plaques... Je pourrai au moins me les faire confectionner dans ce petit lieu typique, vous conn…

Chats d'été

Image
Sur le chemin du retour, passant devant ce panneau qui à peine installé était déjà célébré sur un blog ami, mon regard est attiré par une affichette qui n'a rien d'une petite annonce ou d'une affiche promotionnelle. Un chat regarde en biais, l'air songeur.

La photo est imprimée sur une simple feuille A4, glissée dans une pochette plastique perforée et sertie de petits autocollants vieillots, représentant des fleurs — et des chats. Au-dessus de la photographie, un texte :
"Attila a rejoint le paradis des chats ce 14 juillet à 11 heures.
Il est décédé suite à une tumeur intestinale.
Nous remercions tous ses amis petits et grands qui lui ont procuré tout au long de ces années caresses, tendresses et affection.
Nous souhaitons à tous de posséder un jour un chat comme Attila."
La douleur de la perte d'un être cher, tout animal soit-il, transparaît dans ces mots simples et leur mise en objet personnalisée. Point d'écriture manuscrite, mais un soin attentif à f…

La plus grande bibliothèque de Paris (5) (6)

Image
(5)
De l'autre côté des vitres

(6)
Voyage dans le temps

La plus grande bibliothèque de Paris (2) (3) (4)

Image
(2)

Voici la suite des images liées aux textes publiés sur le blog collectif "Le convoi des glossolales". Nous sommes actuellement douze personnes (Anthony Poiraudeau, MichelBrosseau, Brigitte Célérier, Anne-Charlotte Chéron, Elisabeth Coulomb, Thomas Danieau, Laurent Dupont, Sandrine Mahaut, Cédric Pageau, Chloë Renault, Stanley Royant), écrivant sur un rythme libre ou contraint, dans un même lieu, des textes constitués d'un seul paragraphe. C'est aujourd'hui le centième billet, et Anthony Poiraudeau, qui fut à l'initiative de cet exercice littéraire, explique dans son blog personnel ce que signifie pour lui cette discipline : "publier un texte chaque jour".

J'ai pour ma part également choisi le rythme contraint, estimant que c'était la seule façon d'avancer dans le travail d'écriture. Rendant hommage au mystère des nombres tant aimé par un être cher, j'envoie un billet sur la base des nombres premiers jumeaux, couple uniquement…

La plus grande bibliothèque de Paris (1)

Image
Aujourd'hui, le texte lié à cette image se trouve sur le blog collectif "Le convoi des glossolales".

Graffitis de nonne

Image
Vanves, une nuit en dessous de zéro. Sur les trottoirs du prieuré Sainte Bathilde, couvent en activité abritant une petite centaine de religieuses, la neige recouvre les automobiles stationnées. Telle une via crucis, des signes inscrits à la main transpercent la matière blanche et invitent à s'attarder : le nom du Christ, une croix entourée d'un coeur, les initiales de la Vierge. Je me plais à penser, grâce à l'absence de plaisanteries peu gracieuses, que ces inscriptions ont été réalisées par les nonnes. Une activité monastique qui adoucirait la rigueur de la vie consacrée (clôture, silence, ascèse). Une récréation pieuse. La trace des doigts au dessus du "S" de "Jésus" n'en est que plus émouvante : l'empreinte d'un corps-hors-la-vie, en sourdine dans l'habit passé le jour des vœux. Une prière et dans le même temps, une sortie clandestine pour afficher dans l'espace public le nom de son époux, le nom de sa mère, l'instrument de…